Label bio, quelles différences ?

A quoi servent les labels bio Demeter, Nature et Progrès, Ecocert et Bio cohérence ?

Si le label bio “Agriculture biologique” présente un cahier des charges à suivre pour avoir le droit à une certification, certains labels ajoutent d’autres conditions et créer leurs propres cahiers des charges. Parmi les labels bio les plus connus ressortent : Demeter, Bio Cohérence, Nature Et Progrès, Fair Trades ou encore Bio Partenaires mais leurs cahiers des charges et missions diffèrent.

Demeter :

Demeter est un label international de certification de l’agriculture biodynamique, il est réservé aux agriculteurs déjà titulaire du label AB.

Son cahier des charges en quelques points :

  • Les pesticides, OGM et tout autre produit néfaste pour les sols sont proscrits.
  • Si les produits sont transformés, ils doivent se composer d’au moins 90 % d’ingrédients certifiés Déméter et 10 % de composants bio.
  • Les animaux ont accès au pâturage et il est interdit de les attacher en permanence ou, concernant les volailles, de les mettre en cage.
  • Le bétail est nourri avec 66 % d’aliments Déméter et au moins 50 % sont originaires de l’exploitation.
  • L’alimentation issue de l’agriculture conventionnelle est interdite.

Bio cohérence :

C’est un label français réservé aux agriculteurs 100% bio, se différencie du Label AB par son cahier des charges qui contient notamment :

  • Il est interdit d’utiliser des semences OGM, des semences cms et de la fusion protoplasmique,
  • Une période de conversion de 5 ans est exigée.
  • Il faut introduire un engrais vert une fois tous les trois ans minimum.
  • Le producteur doit maintenir des surfaces de compensation écologique correspondant au moins à 10 % de la surface agricole utile de l’exploitation. (pour les systèmes ne comportant que des cultures pérennes).
  • Le chauffage des serres est uniquement autorisée pour la production et l’élevage de plants.
  • Le compost de déchets ménager est interdit.

Écocert et Bureau Veritas :

Ce sont des certificateurs, ils ont pour missions de contrôler les entreprises et vérifier qu’elles respectent le cahier des charges imposé pour obtenir un label ou une certification.

Nature et progrès :

C’est une association de consommateurs et de professionnels

Son cahier des charges en quelques points :

  • La certification AB non requise.
  • L’interdiction totale d’utilisation d’OGM
  • Une alimentation des animaux 100% sous mention Nature & Progrès ou certifiée « Agriculture Biologique ».
  • Des productions éloignées de minimum 500m des grands axes routiers et un aménagement des domaines d’exploitation pour préserver les ressources communes (nappes phréatiques par exemple).

Fair Trades :

Ce Label garanti une meilleure rémunération pour les producteurs et travailleurs, des conditions de travail décentes, le respect de l’environnement et l’autonomie et la gestion démocratique des coopératives de producteurs.
Bien que ce label soit souvent associés au label AB, il n’est pas exclusif au bio. A lui seul, ce label garantit un engagement des producteurs à prendre soin de leurs ressources naturelles et aucune présence de pesticides dangereux ou d’OGM.

Bio partenaires :

Les produits « Bio partenaire » sont issus du commerce équitable et sont certifiés bio, le label est international.

Les structures engagées dans le label doivent :

  • Etre titulaire du label AB
  • Contractualiser des engagements réciproques dans la filière (un partenariat durable doit être établi avec les producteurs).
  • Assurer un revenu juste aux producteurs.
  • Dynamiser l’économie locale par un programme de développement concerté (formation des producteurs, investissements dans de nouveaux équipements ou bâtiments…)
  • Instaurer un dialogue continu et de la solidarité entre les partenaires
  • S’engager dans une politique sociale et environnementale de progrès
  • Réserver les produits labellisés au circuit spécialisées